Show simple item record

dc.contributor.editorHofstetter, Rita
dc.date.accessioned2021-12-20T08:56:44Z
dc.date.available2021-12-20T08:56:44Z
dc.date.issued2022
dc.identifierONIX_20211220_9782807619203_10
dc.identifier.urihttps://library.oapen.org/handle/20.500.12657/52150
dc.languageFrench
dc.relation.ispartofseriesExploration
dc.subject.classificationbic Book Industry Communication::J Society & social sciences::JN Education::JNB History of education
dc.subject.classificationbic Book Industry Communication::J Society & social sciences::JN Education::JNK Organization & management of education::JNKG Funding of education & student finance
dc.subject.otheraspirations
dc.subject.otherBureau
dc.subject.othercharte
dc.subject.otherd’éducation
dc.subject.otheréducatif
dc.subject.otheréducative
dc.subject.otherÉrhise
dc.subject.otherHofstetter
dc.subject.otherinternational
dc.subject.otherl’internationalisme
dc.subject.othermatière
dc.subject.othermatrice
dc.subject.othermondiales
dc.subject.otherPremier
dc.subject.otherRita
dc.subject.othersiècle
dc.titleLe Bureau international d’éducation, matrice de l’internationalisme éducatif
dc.title.alternative(Premier 20e siècle) Pour une charte des aspirations mondiales en matière éducative
dc.typebook
oapen.abstract.otherlanguageCet ouvrage retrace la sociogenèse de l’internationalisme éducatif durant le premier 20e siècle à partir de l’une de ses matrices, le Bureau international d’éducation (BIE). Créé à Genève par l’Institut Rousseau, en 1925, pour construire la paix par la science et l’éducation, ce Bureau se conçoit d’abord comme caisse de résonance des mouvements réformistes ; dès 1929, sous la direction de Jean Piaget, le BIE devient la première institution intergouvernementale en éducation puis lie ses destinées à celles de l’Unesco en 1952, dont il constitue un organe précurseur. L’ouvrage s’attache à montrer comment le BIE tente de rallier tous les États de la planète, pour construire une charte des aspirations mondiales de l’instruction publique. Il témoigne des causes promues et négociées, non sans résistances : droit des populations juvéniles – même les plus vulnérables – à une pédagogie adaptée et à une large culture ; justice scolaire, corolaire de la justice sociale ; éducation à la paix et à l’esprit critique ; amélioration des conditions de travail et de formation des enseignants. Tout en élargissant l’empan de ses partenaires et de son audience, le BIE bute sur de substantielles contradictions. Comment asseoir sa légitimité sans renforcer les rivalités avec les organisations investissant elles aussi l’enfance d’une puissance rédemptrice ? Comment appliquer à l’éducation les méthodes de la coopération internationale, alors que l’école demeure la chasse gardée des nations ? Comment courtiser simultanément des gouvernements qui incarnent la démocratie et des États-nations aux régimes autoritaires, sans déroger aux principes de neutralité et pacifisme ? Quel mode opératoire instituer pour préserver les Conférences du BIE des interférences politiques qui s’exacerbent en ces décennies de tous les excès ? Grâce aux riches archives dépouillées, cet ouvrage permet, pour la première fois, d’accéder aux coulisses des négociations menées au sein du BIE et met en lumière les défis auxquels se confrontent, aujourd’hui encore, nombre d’organisations internationales.
oapen.identifier.doi10.3726/b18278
oapen.relation.isPublishedBye927e604-2954-4bf6-826b-d5ecb47c6555
oapen.relation.isbn9782807619203
oapen.relation.isbn9782807619210
oapen.relation.isbn9782807619227
oapen.relation.isbn9782807619197
oapen.series.number195
oapen.pages706
oapen.place.publicationBern


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record